musee-armee

AH, QUE J’AIME LES MILITAIRES !

De l’ardente et sulfureuse Carmen à la veuve éplorée d’un colonel, de la fille du régiment à la Grande-Duchesse de Gérolstein, la femme s’incarne, face au militaire, dans tous ses états. Mais Offenbach fut d’abord un violoncelliste virtuose. Son grand Concerto militaire en porte un témoignage éblouissant

Decembre 10th, 2017 – 5:00 p.m.
Cathédrale Saint-Louis des Invalides
Cycle Confidences et complaintes de soldats

DISTRIBUTION
Orchestre symphonique de la Garde républicaine
François Boulanger, direction

Solistes
François Salque, violoncelle
Isabelle Druet, mezzo-soprano

AU PROGRAMME
Bizet, Carmen, Suite pour orchestre : Les dragons d’Alcala – Intermezzo – Aragonaise – Prélude : Les toréadors – Seguedille pour mezzo-soprano et orchestre
Offenbach, Je suis veuve d’un colonel (Acte 3), extr. de La Vie parisienne, pour mezzo-soprano et orchestre
Offenbach, Grand Concerto pour violoncelle et orchestre (Concerto militaire) : Allegro maestoso – Andante – Rondo
Donizetti, Pour une femme de mon nom, extr. de La fille du régiment (Acte1), pour mezzo-soprano et orchestre
Offenbach, Ah, que j’aime les militaires ! (Acte 1), extr. de La Grande-Duchesse de Gérolstein, pour mezzo-soprano et orchestre

http://www.musee-armee.fr/programmation/concerts/detail/ah-que-jaime-les-militaires.html